Face à la nécessité d’aller vers un mode de consommation et de jardinage plus respectueux de l’environnement, de nombreuses associations se mobilisent pour mettre en place des projets dits de « jardins bio solidaires ». De quoi s’agit-il ?

Des jardins propices aux rencontres

Il existe différents projets relatifs aux jardins bio solidaires. Certains réunissent des particuliers voulant profiter de légumes bio à moindre coût, d’autres se veulent de venir en aide aux personnes accueillies au Secours populaire. Dans tous les cas, le principe reste le même : réunir différentes personnes autour d’une même passion, d’une même activité : le jardinage.

Les personnes viennent ou s’inscrivent dans les jardins solidaires afin de cultiver leurs fruits et légumes, ceux des autres, à partager leur savoir-faire ou tout simplement pour faire des rencontres.

Des produits frais pour tout le monde

Parmi les nombreux objectifs des jardins bio solidaires figure la favorisation du développement des modes de productions agricoles biologiques, respectueux de l’environnement.

Dans la pratique, les jardins bio solidaires permettent à de très nombreux foyers et particuliers de consommer des fruits et légumes bio, sains et d’une grande fraîcheur.

Dans certains projets, notamment ceux dédiés aux personnes défavorisées, la présence et le développement des jardins bio solidaires permet à de nombreux foyers d’avoir de quoi manger. Certains jardins bio solidaires proposent aux personnes éloignées du monde du travail et aux défavorisés de produire eux-mêmes une partie de leur alimentation.

Une activité économique responsable et solidaire

Si de nombreux jardins bio solidaires sont nés d’une initiative d’un groupe de particuliers n’ayant aucune ambition lucrative, d’autres ont clairement été créés afin de proposer une activité économique.

En effet, certains jardins bio solidaires proposent aux particuliers, qu’ils soient chômeurs ou dans le monde du travail, de cultiver des produits de façon biologiques en vue de la vente. Ce qui permet d’offrir du travail à certaines personnes ou à réunir des fonds pour les associations. Il s’agit d’un mode de production responsable et solidaire, aussi bien bénéfique pour les participants que pour les consommateurs.